Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Exemples de projets soutenus

 

Des projets fort variés :

 

Financement de l’installation et du premier équipement de diverses Maisons Médicales : La Bulle d’Air, à Dison, Les Houlpays, à Grivegnée-Liège, La Maison Médicale du Laveu à Liège, Cap-Santé à Huy et La Maison Médicale Mosaïque à Verviers.

 

Une maison médicale, c’est d’abord une maison dont la porte est ouverte, un lieu de vie, un lieu d’échanges entre travailleurs de formations différentes et complémentaires, entre travailleurs et usagers.

C’est aussi une association pluraliste de travailleurs de la santé au sens large : médecins généralistes, infirmier(e), accueillant(e), kinésithérapeute, auxquels pourront s’associer en fonction des besoins, assistant(e) social, dentiste, psychologue, diététicien(ne),...

Ensemble, les membres du personnel d'une maison médicale ont un projet global de société solidaire, égalitaire et démocratique.

Ils sont convaincus que la mise en commun des compétences au sein d’une équipe pluridisciplinaire et autogérée permet d’une part de dispenser des soins globaux de qualité (intégrant les aspects physiques, sociaux, affectifs, familiaux, culturels, économiques, éthiques,...) et d’autre part de promouvoir la qualité de vie tant des travailleurs que des usagers.

Leur projet de santé dépasse les aspects curatifs; il inclut le développement de projets de prévention et d’éducation pour la santé qui tiennent compte des usagers ainsi que la participation et/ou l’initiation de projets de santé communautaire par un travail en réseau.

Ils souhaitent que les usagers qui s’inscrivent à la maison médicale le choisissent réellement, aient envie de participer activement et d’être co-responsables de la gestion de leur capital santé. La maison médicale mettra en oeuvre les conditions qui permettent cette autonomisation des patients (pex : regard sur le patient, son information, sa participation à des projets de prévention, la mise à disposition d’une boîte à suggestions,...)

 

Centre de Promotion Humaine  (Club de Jeunesse du Nord), Liège

Financement des derniers travaux permettant la mise en conformité de la Maison des Jeunes « La Bibi » avec les nouvelles exigences en matière de sécurité et d’accueil des enfants

 

Au départ un local d’accueil pour enfants abritant une bibliothèque (« Bibi » dans le langage des enfants), devenu maison des jeunes reconnue par la Communauté Française.

Etablie dans le quartier Saint Léonard à Liège, qui compte des immeubles « chics » sur les quais, mais surtout des rues de maisons modestes et pauvres vers la colline.

L’ASBL a deux secteurs essentiellement : la maison des jeunes pour les adolescents, et le centre créatif-école de devoirs pour les plus jeunes.

Elle s’adresse à une population composée en majorité d’immigrés de première ou deuxième génération.

Cette population a évolué avec les changements des habitants du quartier ; aujourd’hui, une partie importante des jeunes est d’origine maghrébine.

Les activités se déroulent dans la maison (salle d’accueil, école de devoirs, ateliers, salle de musculation, etc) ou à l’extérieur (mini-foot, piscine, week-ends et petits voyages).

 

 

ASBL REVERT - Verviers

 

Face aux urgences environnementales, des initiatives visant à une meilleure gestion du patrimoine naturel se multiplient. L’asbl Revert travaille sur le terrain en vue de conscientiser les citoyens sur ces questions essentielles.

 

Al’échelle verviétoise, sous l’impulsion du MOC de Verviers, l’asbl Revert mène des actions de sensibilisation à l’environnement et au développement durable. Les travailleurs de l’association proposent notamment une animation d’une dizaine d’heures consacrée à l’énergie et plus particulièrement à son utilisation rationnelle au sein des logements. La spécificité de ce projet réside essentiellement dans le public visé par la formation, à savoir des personnes issues de milieux précarisés. L’asbl travaille ainsi en collaboration avec divers partenaires sociaux tels que CPAS, régies de quartier et autres organismes de réinsertion socioprofessionnelle afin de réunir le public susceptible d’être intéressé par l’animation.

L’objectif de Revert est double. Dans une premier temps, il s’agit d’aider les participants à diminuer le montant de leurs factures énergétiques. La formation aborde ainsi plus d’une centaine de gestes d’économie d’énergie à appliquer au quotidien. Au programme également : exercice sur le coût moyen des consommations annuelles de certains appareils électriques, explications en ce qui concerne les primes “Energie” de la Région wallonne, examen attentif des factures de gaz et d’électricité, informations sur le tarif bihoraire, QCM sur l’énergie, etc.

Afin d’éviter toute forme de culpabilisation, les formateurs de Revert sont particulièrement attentifs au vécu des personnes ainsi qu’aux difficultés quotidiennes qu’elles rencontrent. L’animation se veut interactive. Les participants sont invités à réfléchir d’abord par eux-mêmes aux solutions pour économiser l’énergie.

Dans un second temps, il s’agit de sensibiliser les personnes aux problématiques énergétiques globales : surconsommation et disparition progressive des énergies fossiles, émissions de gaz à effet de serre, réchauffement, dérèglements climatiques, etc. Mentionner ces thématiques globales permet aux formateurs d’insister sur les interdépendances entre les situations locales et globales, réaffirmant par ce biais l’importance d’une modification des comportements quotidiens.

Initier des discussions sur ces sujets avec les personnes présentes répond à un autre souhait de l’équipe de Revert de les intégrer à des débats qui concernent l’ensemble des individus et auxquels, en raison de leur exclusion sociale, elles sont trop rarement conviées.

Pour ceux qui le souhaitent, Revert propose un suivi à domicile qui consiste à réaliser un “audit énergétique”, c’est-à-dire un repérage au sein de l’habitation des postes les plus énergivores, des pertes thermiques éventuelles et des possibilités pour améliorer la situation. Dans certains cas cependant, l’analyse sur place touche très vite aux notions de précarité financière, aux relations avec le propriétaire et à l’historicité de la précarisation. Tout ne peut évidemment se résoudre d’un simple conseil.

 

Isocèle (Verviers)

 

Entreprise de formation par le travail, qui accueille des jeunes de 18 ans et plus, insuffisamment qualifiés et les forme dans deux secteurs : rénovation de bâtiments (chantiers réels) et accueil des enfants (crèche)

(nombreux prêts accordés – le premier en 1984 pour l'achat d'un camion qui a permis le démarrage de l'entreprise, et le dernier, en 2004, pour l'achat de deux camionnettes d'occasion)

 

Couleur-Café (Malmedy)

 

"Couleur Café", une maison d'accueil située au coeur de quartiers populaires à Malmédy vise à (re)créer le lien social en encourageant les échanges interculturels, intergénérationnels, ainsi que la solidarité. Dans son dialogue avec les mamans désireuses de sortir de chez elles pour rencontrer d'autres femmes, Couleur Café a été amenée à développer un projet qui prenne en charge le soutien scolaire que ces femmes veulent apporter à leurs enfants. Dans leurs rapports à l'école, ces mères sont confrontées à des barrières linguistiques et culturelles. Un petit groupe, composé de 6 enseignants bénévoles, a dès lors été mis sur pied : il accueille les mercredis après-midi les enfants accompagnés de l'un de leurs parents, mais se rend aussi dans les familles. Cette remédiation scolaire vise l'autonomie des enfants et des parents, via l'apprentissage ludique du français, des visites à la bibliothèque, des excursions, un accompagnement lors des réunions de parents à l'école, etc.