Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Le Soir 1992: des prêts sans intérêt

PRETS SANS INTERET A DISON AUSSI PLUTOT LES DIVIDENDES DU COEUR QUE CEUX DE LA BANQUE

 

Prêts sans intérêt à Dison aussi

Plutôt les dividendes du coeur

que ceux de la banque

A l'origine, en 1979, une poignée d'enseignants et une réflexion sur l'argent, l'épargne et leur utilisation par les institutions bancaires. Aujourd'hui, l'ASBL Le Pivot compte quinze membres qui mettent en commun leurs économies et accordent des prêts... sans intérêt! Original, mais pas marginal.

En Belgique francophone, sept autres ASBL - dont l'Aube, à Liège, et la Bouée, à Trois-Ponts - s'incrivent dans ce courant de financement alternatif. Sans oublier le Crédal, à Bruxelles, et la Fondation Drèze, à Liège, qui gèrent des sommes beaucoup plus importantes que nous. Rien de comparable cependant avec l'Allemagne, où il existe une véritable banque «alternative», expliquent les membres du Pivot.

Les prêts sont destinés aux seules associations qui ont pour mission de venir en aide aux personnes défavorisées ou en difficulté passagère: maisons d'accueil pour handicapés, ex-détenus, entreprises d'apprentissage professionnel, groupements luttant pour la paix, pour l'écologie... Les projets ne peuvent quant à eux avoir pour but le profit, excepté s'il est redistribué et que cela permette en outre la création d'emplois.

Les dividendes du coeur: C'est vrai, notre argent dévalue et nous ne tirons aucun profit sonnant et trébuchant de nos économies. En revanche, nous nous estimons «payés» par ce que nous appelons un «intérêt social».

L'octroi d'un prêt se décide également sur base d'un dossier démontrant la viabilité du projet. Pas question de «jouer» avec l'argent des épargnants.

Nous disposons de 600.000 F de fonds propres, dont 50 % proviennent de dons. Depuis 1979, 68 prêts ont été accordés; des sommes variant entre 50.000 et 250.000 F, pour un montant total de 5,7 millions. De quoi, la plupart du temps, faire la jonction entre la demande et le versement effectif d'une subvention.

Les derniers mois ont cependant révélé une inquiétante chute des demandes. Nous avons décidé de relancer notre action en créant un prix de 30.000 F qui récompensera, en juin 1992, un projet axé sur la promotion humaine et la qualité de la vie.

Nouveauté: les écoles sont invitées à participer au concours, en particulier celles où une section de sciences sociales pourrait mettre sur pied ou apporter leur... crédit à l'initiative naissante.

 

Archives du journal LE SOIR